******
****
**
*
Dans son âme solitaire
au septième des ciels,
par delà l’arc en ciel
aux couleurs d’aurifères ;
un heureux rendez-vous
où le destin se joue …
***
À la soif de l’aimer
se greffe le désir
qui germe en appétence
d’un va-et-vient des mots,
comme une danse en latence
venant en moi mourir.
***
Mourir pour y renaître
comme en un premier jour
sur nos lignées d’ancêtres,
dont les nobles offrandes
habitent encore la Lande
baignée de leurs amours.
***
Mon doux amour, mon tendre
viendras-tu dans mon ventre,
dans cette Terre d’autrefois …
Où l’était une fois …
Un femme et son roi.
*****
***
**
*
Manouchka  ©
Publicités