L’Alliance se fait Tendresse au cœur de l’Élan
Roi des Bois, d’où s’écoule la Source d’Eau Pure,
Abreuvant le Troupeau depuis la nuit des Temps;
Héritiers des Géants et de leur fière allure…
 
S’élève bien haut, la plainte d’un Vent d’Automne en Ut,
S’harmonisant à celle du chant du Cerf  en rut,
Sur Quatre Notes en concerto de Brahms,
Aux Accents d’Odeurs d’humus, chevauchant la Gamme…
 
Rafales endiablées, tel l’ Archet d’un Violon,
Qui vient caresser les Corps en état de Fusion ,
Charriant au passage, feuilles et pommes de pin séchées,
Tressant une couronne pour les futurs mariés…
 
Les Cerfs aux dix branches sont à la Table d’Honneur;
Dieu les fit ainsi, en rappel des dix Lois Sacrées.
Ils béniront le Vin Nouveau que l’Automne a versé,
En rappel de l’Agneau, Nouveau-Né et Seigneur …
 
Sous le regard d’un Ciel où des millions d’Étoiles,
Dessinant au Cœur même de la Voute Ancestrale,
Pour leur Roi et leur Reine, un immense Carrosse,
Menant les invités au Repas de la Noce …
 
En ce Royaume où Princes et Princesses d’Essence,
Célèbrent la Vie par Amour pour leur descendance,
Qui verra le jour au cœur même de ce Temps,
Si l’Histoire les protège des hommes, les chassant …

Manouchka ©

http://vivrevouivre.over-blog.com/article-le-brame-du-cerf-a-la-saison-des-amours-37856207.html

Publicités