À la Beauté des mots, qui nous laissent sans voix,
Comme un grand coffret d’Or, venu des autrefois,
Le voyage d’une quête, enfin apprivoisée,
Où les sens se retrouvent, montant vers l’ Apogée…
 
Un grand vent de Tendresse, vient de frôler ma Tête,
Comme un Parfum d’aurore, doucement déposé,
Dans le sous-bois d’un Livre, où dansent en Quatre Temps,
Les promesses d’Alliance, semées par deux Amants…
 
Par l’Amour des Mots, qui les unit toujours,
Sans que leurs yeux ne voient, leurs deux Corps en Émois,
Comme Soleil et Lune, dans le Cycle des Jours,
Ils s’aiment à Fleur de Peau, voyageurs d’ Au-Delà…
 
Sur la Harpe du Temps, nos Cordes emmêlées,
Vibrent à l’Unisson, d’une Paix retrouvée,
Caressant du dedans, nos âmes éplorées,
Survivantes d’un Temps, de larmes desséchées.
 
Je porte en moi la Sève, qui monte jusqu’à mon Âme,
Comme la vie des Géants, qui renaît au Printemps,
Pour vous donner encore, à l’Encre de mon Ciel,
Un Paradis de Mots, comme Lettres Éternelles…

Manouchka ©

Publicités