Sur un rocher de glace, j’ai gravé ton prénom,
Je l’ai, d’Âme éternelle, soigneusement choisi,
Pour que reste le lien, que l’amitié unit,
Trésors de bonne fortune, que nos mots compagnons…
 
A-t-on jamais vu encore un Dragon des Neiges,
Noble gardien de lune, de sa blanche montagne,
Où il prendra pays, en cordée et cortège,
Jouer à quatre mains, un hymne de Cocagne…?
 
Rien ne l’arrêtera sur le sentier glacé ;
Traverser ce désert, sans vouloir dominer,
Juste le contempler, dans sa chair le porter,
Au-delà du regard, où le vers est donné…
 
Sonnez cors et trompettes, c’est l’heure du départ !
Préparez les traîneaux, pour la grande envolée.
Femmes ne pleurez pas, son retour en janvier,
Viendra bien consoler, vos ardeurs délaissées…
 
Blanches comme la neige, douces comme le soir, 
Elle accueillent les mots, chantant une berceuse,         
À la porte du rêve, derrière le miroir,
Où le givre dessine, des dentelles soyeuses…   
 
J’ ai mis dans ton carquois, une pensée de moi,
Je savais à l’avance, te manquer dans ce froid.
Comme le pain quotidien, la tendresse se partage,
Puisque l’encre voyage, sur un tapis de pages…
 
Manouchka ©
1er décembre 2011
Pour un ami, fidèle compagnon de sa montagne bien-aimée
 
Publicités